Le Flâneur Rennais Le Flâneur Rennais Le Flâneur Rennais Le Flâneur Rennais Le Flâneur Rennais

Le Guide pratique des Rennais

Notre Candide, Cie 3èmeActe

Interview #4 – Candide revisité, la Cie 3ème Acte nous embarque

1024 768 Le Flâneur Rennais
C’est le lundi 15 janvier que le Flâneur est allé à la rencontre de la Cie 3ème Acte. Pour sa pièce Notre Candide, la troupe jouait sa nouvelle création sur le campus de Rennes 2.

 

 

Notre Candide, Cie 3èmeActe

Cie 3ème Acte

Bref résumé de la pièce :

La troupe nous a emmenés avec elle à La Fresnaie, acquisition immobilière du couple fictif, puis tout autour du monde à la suite de Candide, Pangloss  et la belle Cunégonde. A travers les pérégrinations du naïf jeune homme, c’est notre époque, nos questionnements et nos relations sociales que nous redécouvrons.

Y a-t-il encore une place pour les utopies? Sommes-nous toujours poussés par nos idéaux? Ces questions, qui semblent tirées d’un colloque philosophique, nous sont présentées avec tellement d’énergie, de candeur, parfois de cynisme, mais surtout d’envie de dépasser la pesanteur de ces réflexions, que nous nous prêtons au jeu avec enthousiasme.

Qu’en est-il de la joie de refaire le monde, de partager ses points de vue avec gaieté?

Réfléchir est une affaire sérieuse qui nécessite de beaucoup rire, et c’est ce que la Cie 3ème Acte nous enjoint à faire, réunis autour d’une histoire candide!

Notre Candide, Cie 3èmeActe

Nils Gautier en professeur de sociologie fougueux, Jérémy Robert en financier cynique – Cie 3ème Acte

Quelques mots avec la troupe :

 

En quelques mots, qui êtes-vous?

Nous sommes 4 sur scène – Jérémy Robert, Nils Gautier, Aurore Pôtel et Catherine Vigneau, issus de la même promotion du Conservatoire de Rennes (anciennement CNR, désormais CRR) . Depuis 2001, nous collaborons dans le cadre de la Cie 3ème Acte, et Isabelle, notre metteuse en scène, nous a rejoint il y a six ans.

Vous avez créé beaucoup de pièces pour des événements, comme des randonnées, l’ouverture de l’ ESC Aimée Césaire… On vous commande des pièces? Comment cela se passe-t-il?

Tout à fait, nous créons des spectacles en fonction des demandes. Cela implique de bien connaître les besoins, goûts et attentes du public visé, et de nos clients. Nous travaillons avec des collégiens et lycéens, mais nous créons aussi pour des publics plus difficiles, voire des situations difficiles. Par exemple, nous collaborons avec des équipes médicales pour les préparer psychologiquement aux coups durs inévitables de leur profession.

La disposition du public en forme de cercle autour des acteurs est assez atypique. Pourquoi ce choix ?

Grâce au cercle, nous pouvons être au milieu du public, être à son niveau, il n’y a pas cette distance que peut créer une scène comme dans un théâtre classique. En France, il n’y a que 20% de la population qui va au théâtre. Ce que nous voulons faire, c’est apporter le texte aux spectateurs sans le sacraliser, ni sacraliser l’artiste. Avec une telle démarche, on cherche à faire un pas vers les personnes qui n‘iraient pas forcément au théâtre.

Comment décidez-vous des pièces que vous allez jouer?

Nous choisissons toujours unanimement nos spectacles. Par exemple, pour Notre Candide,  nous avions décidé ensemble de revenir au texte, mais ça ne s’est pas fait en un jour.  Nous avons mûri la pièce pendant pendant deux ans et demi, avec des aller-retours au théâtre du Vieux Saint-Etienne et d’autres établissements partenaires.


Qu’est-ce qui vous a plu dans ce projet de pièce ?

En ce qui concerne le texte, c’est l’universalité des questions que pose Voltaire. Quant à la mise en scène et au fait de revenir au texte, c’est parce que nous venions de finir la tournée pour Girafe Song, une autre de nos créations, mais dont il avait fallu créer tout le texte. L’avantage de Notre Candide, c’est que c’est une pièce “sac à dos”, comme Girafe Song, c’est-à-dire que l’on peut la jouer quasiment partout, sans réelle contrainte d’espace.

Notre Candide, Cie 3èmeActe

Candide en route vers l’Amérique du Sud, Cie 3ème Acte

Nous avons été très surpris de ne pas retrouver la fin du conte dans la pièce, puisqu’elle se termine sur l’Eldorado.

Ce choix s’explique très simplement en fait. Nous avons déjà un spectacle suffisamment long, 1 h 40, et si nous avions voulu aller jusqu’au bout du conte, ça aurait pris 3 h ! Le conte est aussi très riche et pose de nombreuses questions : nous ne pouvions toutes les explorer. Nous avons ainsi choisi les thèmes qui nous tenaient le plus à cœur (fanatisme, place des femmes, dérives du capitalisme…).

Vous ne pouvez pas vous permettre de faire de longues pièces comme au TNB, Théâtre National de Bretagne ?

C’est vrai que nous avons une grande différence avec le TNB, c’est le budget. Il me semble qu’une de leurs productions a disposé d’un très gros budget, un million d’euros. Voir des pièces là-bas est toujours impressionnant, ce sont de bons spectacles, mais à cause de la scène, et parfois aussi la mise en scène, le fameux « quatrième mur » reste entre le public et les comédiens. Le TNB reste une institution de légitimation, donc les spectacles produits ont en quelque sorte une aura supplémentaire.

La vie de comédien n’est pas de tout repos, où aimez-vous vous retrouver après les spectacles/répétitions ?

Quand nous ne sommes pas trop épuisés par nos représentations ou nos répétitions, nous nous retrouvons au restaurant O’rétroviseur ou au parc du Thabor, tout dépend de la saison (rires).


En parallèle de Notre Candide, quels sont vos projets ?

Nous principal objectif est de rencontrer le public, nos projets se forment donc à partir de cette contrainte. D’un côté, nous avons commencé la tournée dédiée à Notre Candide. De l’autre, nous montons un projet appelé L’Île aux Nouilles et écrit par l’auteur des Barbapapa afin d’expliquer le capitalisme à des collégiens. Enfin, nous avons aussi des projets en solo, comme par exemple celui d’Aurore, “L’Homme-semence”.

 

Envie de voir Notre Candide ou des mises en scènes atypiques ? Retrouvez toutes les infos sur le site de la compagnie http://www.cie3acte.com/
Réservez vos places pour voir Notre Candide à Acigné le 4 février 2018 ici !

 

A.V. et C.R.