Le Flâneur Rennais Le Flâneur Rennais Le Flâneur Rennais Le Flâneur Rennais Le Flâneur Rennais

Le Guide pratique des Rennais

Dans les coulisses du Camion à croquer

1024 493 Le Flâneur Rennais

Il y a quatre ans, Julien Tailbot faisait naître son Camion à croquer pour servir de savoureux burgers élaborés chaque midi de la semaine, en changeant d’emplacement tous les jours. Rejoint depuis par sa compagne, il a su faire acquérir à son foodtruck une notoriété certaine dans Rennes et sa périphérie. Le Flâneur est allé à la rencontre du couple pour en savoir plus :

“Le côté nomade du concept, l’indépendance et la variété des lieux, et puis le contact avec le client – largement facilité puisque la cuisine n’est pas séparée du comptoir des commandes” : voilà les motivations principales qui ont poussé Mr Tailbot à choisir le foodtruck plutôt qu’un restaurant classique. Avec leur joli camion à la “bonne bouille”, Mr et Mme Tailbot vous attendent chaque midi à un emplacement différent dans Rennes et ses alentours, le plus souvent proche de bureaux ou de zones commerciales. Les clients peuvent alors déguster leur repas sur la terrasse aménagée, et parfois sous la tonnelle. Aidé de serveurs, le Camion à croquer propose un large choix de burgers gourmands à accompagner d’excellentes frites maison, mais aussi des bagels et des salades afin de diversifier un peu leur offre. En amont, le travail est colossal : la préparation des pâtisseries faites maison demande énormément de temps, tout comme la recherche de nouvelles recettes atypiques pour surprendre les mangeurs curieux. En effet ici la carte change avec les saisons, selon le cours de l’agriculture et du temps, ce qui permet de mettre au point chaque mois une recette du moment. Et ce n’est pas tout : les gérants du foodtruck accordent une importance particulière à choisir des fournisseurs locaux et bio comme pour les laitages, le jus de pomme, les oeufs et les bières (Skumenn, bien-sûr !), mais aussi pour les fruits et les légumes dès que possible, en fonction du marché.

“La plupart de notre clientèle est constituée de réguliers. Ce qu’ils aiment chez nous, c’est le frais, le fait-maison, la proximité avec leurs cuisiniers et surtout le changement fréquent des recettes.” Celles-ci sont souvent atypiques et élaborées très personnellement : “on cherche à surprendre les gens, à changer les habitudes, et on pousse à la découverte. Par exemple, on a déjà créé un burger aux saveurs asiatiques, et une fois j’ai mélangé le sirop d’érable au bacon !”

Le week-end, le foodtruck se déplace à la demande, pour tout évènement privé. Plusieurs collaborations ont également déjà eu lieu pour des évènements internes à certaines écoles de la ville, et même dans de petits festivals. Cette demande de privatisation est une activité en hausse et dépasse de plus en plus la saison des beaux jours, entre avril et octobre.

Sur les réseaux sociaux, le Camion à croquer a développé un site internet et une page Facebook pour communiquer sur ses emplacements, ses recettes du moment ainsi que les desserts de la semaine. N’hésitez pas à les visiter, vous y trouverez beaucoup de photos pour vous donner envie et vous faire baver devant leurs burgers !

Un conseil ? “Si vous voulez éviter la foule et la queue, il est préférable de venir après 13h. Vous pouvez aussi commander en ligne sur notre site internet pour gagner du temps : lorsque vous arrivez, nous lançons la cuisson de votre commande et vous la retirez quelques minutes plus tard, en évitant la queue de prise de commande !”

Petits plus :

  • A emporter
  • Tickets restaurant
  • Produits bio
  • Produits locaux

Crédits photos : https://www.facebook.com/JulienTailbot/

Maïlys Joly et Antoine Vincent