Le Flâneur Rennais Le Flâneur Rennais Le Flâneur Rennais Le Flâneur Rennais Le Flâneur Rennais

Le Guide pratique des Rennais

INTERVIEW PARTENAIRE: Rencontrez Antoine et Anne-Hélène, les fondateurs de Denise donuts et du Blue Bird

768 1024 Le Flâneur Rennais

Le 30 septembre dernier, le Flâneur s’est rendu au Blue Bird pour rencontrer Antoine et Anne – Hélène, les fondateurs de de Denise Donuts et du Blue Bird. Avec sa femme, c’est leur créativité, leurs nombreux voyages et qui leur a donné envie d’entreprendre. Faites leur connaissance avec nous et apprenez-en plus sur Denise Donuts et le Blue bird !

 

Pouvez-vous nous présenter le concept du Blue Bird et de Denise Donuts? Quelle est son histoire ?

Avec ma femme, nous sommes associés depuis quatorze ans et nous avons habité dans pleins de pays différents : je suis parti en République dominicaine à 18 ans puis, Ecosse, au Canada, au Mexique. Ma femme a vécu deux ans au Brésil puis en Australie. Dans tous ces pays-là, et en particulier dans les pays anglosaxons, la vente de donuts est commune. En France il n’y avait rien ! C’est en 2009 que le projet d’ouvrir le Blue Bird est né dans nos têtes… Cependant, il est resté longtemps à l’état de projet car il fallait le bon emplacement et un espace suffisamment grand. On a enfin eu l’opportunité de l’ouvrir il y a deux ans, juste avant le Covid. Entre temps, on a ouvert Denise Donuts !

 

D’où vient le nom de votre enseigne, Denise Donuts ?

Alors, c’est assez simple.  Ma femme avait la grand-mère la plus extraordinaire du monde, si vous l’aviez connue, vous l’auriez adorée ! Vous arriviez n’importe quel jour de la semaine, il y avait toujours un gâteau chaud qui attendait. C’est quelqu’un qui ne s’est jamais plaint, toujours positive, de bonne humeur et toujours très accueillante. Et un jour, ma femme lui a fait la promesse d’ouvrir une boutique à son nom.

 

Pouvez-vous nous citer trois valeurs qui seraient en adéquation avec Denise  Donuts?

Alors…Tout d’abord, l’accueil est très important pour nous ! Chez Denise Donuts, on vous tutoies par preuve d’amicalité. On veut que les unes ou deux minutes que vous passerez à commander, contribuent à l’agréable moment d’une demi-heure, trois quarts d’heure que vous allez ensuite passer à déguster nos produits. On essaie vraiment de « véhiculer du smile » ! Ensuite, je dirais, les produits. On essaie toujours de faire des produits un peu différents, des nouveautés toujours plus funs etc… Et le tout en restant dans des prix abordables.

 

Quel est le donuts phare de Denise’s Donuts ?

Le donuts mystère, peut être ! Il change tous les jours, vous pouvez venir 365 jours par an, vous n’aurez jamais le même ! On fait aussi des Cinnamon roll maison avec une recette que j’ai apprise aux USA !

 

Quel futur envisagez-vous pour Denise’s Donuts d’ici 5 ans ?

On a énormément de demandes pour des franchises car on est sur un marché émergent avec très peu d’enseignes. Aujourd’hui, toutes les démarches pour pouvoir franchiser sont faites, et si demain, on veut se lancer dans cette aventure, on peut le faire ! Alors, d’ici 5 ans, on aspire au développement de cette franchise. c’est là où on nous attend !

 

Crédit photo: Anna Morel/ Blue Bird/ Le Flâneur

 

Découvrons dès maintenant qui sont les fondateurs de Denise Donuts et du Blue bird…

 

Pouvez-vous présenter votre couple ?

 

Nous sommes tous les deux dans la même optique : voyager, profiter de la vie et positiver.  En tant qu’entrepreneurs, nous avons cette envie de créer à deux.

 

Pouvez-vous nous donner trois qualités qui définissent votre couple et qui vous ont permis de réussir dans vos projets professionnels ?

 

On est très complémentaire. Je dirais que l’on est inconscient, c’est la première qualité qu’il faut…enfin je ne sais pas si c’est une qualité ou un bon défaut (rires). Pour ma part je suis assez têtu et téméraire, quand j’ai quelque chose en tête j’essaie toujours au mieux d’y arriver. Il faut être tenace dans ce métier. Alors que ma compagne est créative, c’est elle qui pose les idées.

 

C’est donc elle qui a imaginé le décor du Blue bird ?

 

Nous voulions tous les deux une ambiance apaisante. Si vous regardez bien vous ne trouverez aucune touche de noir. Comme on veut créer un endroit très apaisant, on a retiré le noir du code couleur, toutes les couleurs sont travaillées de façon très spécifique chez nous. Le décor est important car faire apprécier un endroit au client  passe autant par l’expérience visuelle, gustative, qu’auditive.

 

Quelles sont vos inspirations ?

 

Nos voyages. Lors de mes expériences à l’étranger, j’ai rencontré des gens incroyables, que ce soit professionnellement ou humainement. Professionnellement, on m’a fait confiance très rapidement, dès mes vingt ans on m’a donné les clés d’un grand restaurant. J’ai énormément appris au niveau de la qualité de l’accueil, on nous a appris avec Anne à accueillir le client comme si c’était notre invité de manière à ce qu’il se sente comme chez lui.

 

Quelles opportunités avez-vous su saisir pour que vos projets puissent voir le jour ?

 

L’opportunité c’est à nous de la créer ! C’est nous qui sommes aller chercher notre projet, qui l’avons construit.

 

 

Quel est le meilleur conseil que vous pourriez donner à des étudiants ?

 

Je dirais : N’écoute pas les autres. Il faut être très motivé mais il faut aussi croire en vos projets. A l’école on vous apprend à tout penser en amont. Or moi, je ne réfléchis pas comme ça, j’agis au feeling. Un jour j’ai voulu monter un commerce, mais personne n’y croyait, même les banques ne voulaient pas nous financer. C’était « Magic pills » à la Visitation. Finalement, c’est un magasin qui fonctionne très bien aujourd’hui. Comme quoi il faut s’écouter quand on est sûr de son projet. Bien sûr, il faut savoir écouter les avis des autres, mais il ne faut s’écouter avant tout !

 

Crédit photo: Anna Morel/ Blue Bird/ Le Flâneur

 

 

Finissons cette interview par un portrait chinois…

Si Denise’s Donuts était un donuts, lequel seriez-vous ? Pourquoi ?

Myrtille ! Très clairement, c’est un fruit extrêmement utilisé dans les pâtisseries anglosaxonnes et assez peu en France. Donc, dès qu’il y a des « blueberries » quelque part, ça marche bien. Et moi, ça me rappelle toujours ce que je mangeais là-bas, au petit déj’.

 

Si Denise’s Donuts était un monument, lequel serait-il ? Pourquoi ?

La statue de la liberté. C’est une histoire franco américaine. La structure, faite par Eiffel, a été offerte aux américains qui ont réussi à en faire un business.

 

Si Denise’s Donuts était un topping, lequel serait-il ? Pourquoi ?

Le sucre à chouquettes. Ça me fait penser à ma grand-mère…enfin à Denise.

 

Si Denise’s Donuts était un animal, lequel serait-il ? Pourquoi ?

L’écureuil ! Ça fait ses réserves pour l’hiver !

 

 

 

Pour retrouver les nouveautés de Denise Donuts et du Blue bird, rendez-vous sur leurs réseaux sociaux…

Les réseaux de Denise donuts:

Instagram: @denisedonuts_shop

Facebook: Denise’s donuts

Adresse: 4, rue de la Visitation, 35000 Rennes

 

Les réseaux Blue bird: 

Instagram: @bluebird_coffee_rennes

Adresse: 16, rue d’isly, 35000 Rennes